Analyse et histoire de la célèbre sculpture d’Auguste Rodin

Le Penseur est l’une des sculptures les plus célèbres de l’histoire de l’art. Il s’agit d’une œuvre en bronze réalisée sur une longue période, près de vingt-cinq ans, entre 1880 et 1904, par le sculpteur français Auguste Rodin.

Le Penseur

Conservé à Paris dans le musée qui porte le nom de son créateur, son titre français original est Le Penseur. L’œuvre représente un homme assis en profonde méditation : son bras droit pose son coude sur sa jambe gauche, près du genou, tandis que sa main retournée soutient son menton et sa tête. La notoriété et la diffusion de cette image célèbre est aussi – et peut-être surtout – due au fait qu’elle est souvent utilisée pour représenter la philosophie.

À l’origine, cette statue s’appelait “Le Poète” : elle faisait partie d’une porte monumentale en bronze commandée à Rodin pour l’entrée du Musée des Arts Décoratifs de Paris, mais le bâtiment n’a jamais été inauguré.

Pour cette porte, le sculpteur Auguste Rodin a choisi de représenter un thème qui lui était très cher : l’univers de la Divine Comédie, considérée à l’époque comme une œuvre pleine d’idées romantiques et aventureuses. Le projet de l’artiste français comportait de nombreuses figures, chacune représentant l’un des principaux personnages du poème de Dante : dans ce contexte, Le Penseur aurait dû représenter Dante Alighieri lui-même devant les portes de l’enfer, alors qu’il méditait sur sa grande œuvre.

La statue

La statue est nue, car Rodin a choisi de représenter une figure héroïque en s’inspirant de la philosophie artistique de Michelangelo Buonarroti : le sculpteur français souhaitait représenter à la fois l’intelligence et la poésie. La référence à la sculpture du Pensieroso de Michel-Ange (réalisée pour le tombeau de Lorenzo de’ Medici, duc d’Urbino, Nouvelle Sacristie de la Basilique de San Lorenzo à Florence) est claire.

Placé au sommet d’un rocher, au centre du tympan, en méditation solitaire, le Dante de Rodin regarde vers le monde des damnés. En quelques années, la figure a pris une image et une signification plus génériques, voire universelles, au point d’entrer dans l’imaginaire collectif comme une sorte de définition, en fait un symbole et une icône de l’activité intellectuelle.

L’utilisation satirique de cette figure est également répandue depuis longtemps, même lorsque Rodin lui-même était encore en vie. Le pétrolier américain, et collectionneur d’art passionné, Armand Hammer a déclaré que lorsqu’il a rencontré Lénine en tête-à-tête en 1912, il lui a apporté en cadeau une petite sculpture représentant un chimpanzé dans la pose du Penseur, en train de méditer sur un crâne humain : le message de Hammer visait à souligner avec sarcasme les tendances darwinistes de la pensée de Lénine.

Il existe de nombreuses versions de cette sculpture distribuées dans les musées du monde entier. Certaines de ces copies sont des versions agrandies de l’original, ou des sculptures réalisées à l’échelle. Une version, commandée par Auguste Rodin lui-même, se trouve également sur sa tombe.