La devise d’un peintre “A la Russie, aux ânes et autres”

“À la Russie, aux ânes et aux autres” est, parmi les œuvres de Chagall, celle qui représente le mieux la devise de l’artiste “peindre avec le cœur sans le conditionnement de l’esprit, alors seulement ils comprendront vos sentiments”. Le tableau est une huile sur toile de 1911-1912, exposée au Musée national d’art moderne à Paris – France.

Vers la Russie, les ânes et les autres

C’est précisément dans cette œuvre que l’on identifie son art visionnaire, chargé d’instances divines liées à l’enfance, et de l’hallucination nostalgique obsessionnelle d’une Russie du début du vingtième siècle. Le langage cubiste perceptible dans les formes carrées des sujets se fond dans la peinture avec une liberté d’expression absolue. Dans ce tableau, Chagall symbolise de manière irrationnelle et fantasmagorique une réalité de la vie quotidienne : la paysanne avec son seau et ses sabots, les animaux de la vie, les ânes indispensables à la vie rurale, l’église avec son dôme.

Tous résument la vie rurale de la communauté juive de Russie, à laquelle l’artiste appartient, dans une combinaison de matérialisme et de spiritualité. Une fois encore, la technique de l’huile de Chagall propose une narration féerique dans la dimension magique de l’art dans laquelle l’observateur peut s’immerger et interpréter les sentiments de l’artiste.

Les œuvres

Irrationnelles et fantastiques, les figures que Chagall propose sont une représentation de la réalité absolument contraire à la vision classique du monde, intuitable dans ses axes d’orientation : haut et bas, droite et gauche, loin et près, un jeu de perspectives qui aide l’interlocuteur visuel à activer lui-même son esprit et son imagination. Tout cela est dû non seulement à l’âme sensible de Chagall, mais aussi au contexte dans lequel s’est formée la jeunesse de l’artiste.

La Russie de ces années-là, en particulier, était l’un des centres les plus importants des nouvelles découvertes structuralistes et anthropologiques, et ce tableau, dans lequel les animaux vivent sur les toits et la figure humaine se détache à plat dans le ciel, en est une identification picturale. La paysanne, dont la tête se lève vers le haut, représente dans Alla Russia, les ânes et les autres une humanité spirituellement élevée, projetée vers un siècle de grandes inconnues et de découvertes.