La fascination par le cirque d’Henri:

Publié le : 09 juin 20214 mins de lecture

Les dessins et peintures du cirque d’Henri de Toulouse-Lautrec démontrent une extraordinaire maîtrise de la technique et surtout son immense capacité à synthétiser les images en quelques caractères essentiels.

Regarder ses dessins implique de laisser son esprit vagabonder dans le souvenir du cirque avec ses odeurs, ses bruits et ses lumières.

Tout est en mouvement et chaque image prend une vie qui lui est propre. Lautrec a puisé à pleines mains dans sa mémoire, faisant resurgir les souvenirs de ses visites aux cirques de Montmartre dans les années 1980 et de l’observation de bêtes, trapézistes, clowns et animaux domestiques.

La technique utilisée est le fusain, l’aquarelle et le pastel. Nous pouvons voir ici quelques exemples. Les œuvres ont été créées en 1899. En 1905, quatre ans après sa mort, certaines d’entre elles ont été publiées.

Pourquoi Lautrec a peint le cirque et les trapézistes ?

En février 1899, Henri de Toulouse-Lautrec est admis à la clinique du docteur Semelaigne à Neuilly. Le but de son séjour était de se désintoxiquer des drogues dont il avait abusé au cours des deux dernières années, notamment l’opium et l’absinthe. En outre, Lautrec avait contracté la syphilis en 1897, ce qui l’avait conduit à un état de faiblesse physique et mentale générale.

Après son hospitalisation, certains journaux ont exagéré son état, rapportant des témoignages, probablement faux, de personnes qui l’avaient vu marcher avec un chien en céramique sous le bras. Ou qu’ils l’avaient rencontré alors qu’il jouait avec un éléphant en carton.

De plus, comme il le fera après sa mort en 1901, un groupe important de critiques stigmatisera sa difformité physique en critiquant les aspects les plus grotesques de son œuvre, afin de se moquer, sans aucun égard, des tableaux d’un artiste qui avait déjà dépassé ses limites.

Cependant, Toulouse-Lautrec n’était pas quelqu’un qui prêtait attention aux critiques, et encore moins aux ragots contre son image et son art. Cependant, il ne pouvait supporter l’idée de devoir passer ses derniers mois dans une clinique pour malades mentaux. Il a écrit à des amis et à des parents pour demander de l’aide et du réconfort.

Lautrec considéré comme fou 

Il a même adressé à son père, un vieux noble, riche et puissant, un appel à l’aide qui, je crois, n’a jamais été entendu et n’a suscité aucune réaction de la part du parent excentrique. Constatant que ses tentatives n’aboutiraient à aucune conséquence, il a choisi d’entreprendre une autre stratégie.

Il a décidé de faire un certain nombre de dessins sur le cirque. Les œuvres ont été créées avec l’aide seule de sa mémoire. Une fois terminé, Lautrec prouvera qu’il n’y a aucune trace de folie dans son esprit.

Face à son étonnante capacité à recréer le cirque à l’aide de croquis précis, les médecins n’ont d’autre choix que de le renvoyer chez lui. Grâce à cette démonstration de courage et d’habileté, Lautrec a pu vivre les deux dernières années de sa vie en toute liberté.

Plan du site