L’humour de Gonzalo García Callegari dans une exposition ludique

Des présidents qui décollent de la baie de Paracas à bord de flamants roses et blancs réalisant le plus apocryphe des rêves du Libérateur. Présidents avec des chefs de diablada puneña. Avec des clous de tête. Avec tête d’oeuf au plat. Des présidents auréolés d’une coquille d’éventail faite de billets de banque. Les billets pleuvent sur les présidents flottant sur des montagnes d’argent mal acquis. Des montagnes de pièces à partir desquelles les présidents sont lancés sur des coursiers fougueux faisant allusion aux actes héroïques du passé. Des présidents à cheval sur des manèges remplis d’autres cavaliers présidentiels en queue de pie et le glorieux bicolore sur la poitrine. Des présidents libérant des esclaves sur fond de détergent « unique pour sa blancheur blanchâtre ».

Des présidents libérant des esclaves sur fond de détergent « unique pour sa blancheur blanchâtre ».

Il existe également de nombreux présidents transformés en gélules du remède ‘Peruanitis’. Un président est sur le canapé et des hiéroglyphes sortent de ses lèvres. Un groupe élastique de présidents fait des exercices physiques sur l’esplanade du Palais du Gouvernement. Et vers la fin de l’émission, la nécrologie du dignitaire qui a lutté contre la corruption et est mort emprisonné pour avoir été corrompu. Des masses d’appréciation pour les présidents condamnés pour des crimes qu’ils n’auraient pas commis. Des présidents qui ont passé plusieurs années en prison parce que, disent-ils, ils ne voulaient que le meilleur pour leur peuple. Et sur les billets de grande valeur, la triste célébrité de certaines phrases : ‘L’argent arrive seul’, ‘l’argent comme la cour’, ‘pour dieu et pour l’argent’, ‘pour l’argent le singe danse’, ‘le billet en main se faufiler dans la pampa’ .

 

Et sur les billets de grande valeur, la triste célébrité de certaines phrases comme « Plata en mano se faufiler dans la pampa ».

“En lisant les nouvelles de 1921, j’ai pu vérifier l’enthousiasme et la fierté que les citoyens de cette époque avaient pour notre nationalité, quelque chose qui s’exprimait dans tous les souvenirs de l’époque: les symboles nationaux, les monuments donnés au Pérou, etc. . Moi qui avais vécu les années 80 et 90 traumatisantes, je me suis rendu compte que cette fierté d’être péruvien avait disparu, sauf en parlant du boom gastronomique. C’est alors qu’une étincelle s’est allumée en moi et de nombreuses idées surprenantes sont sorties », raconte Gonzalo García Callegari (Lima, 1971), un artiste qui possède un long projet pictural qui réfléchit de manière ludique sur notre nationalité. Qui, en termes visuels, est né comme un bouclier peuplé de petits personnages qui ont coupé le quinquina, ont pris l’or de la corne d’abondance et ont transformé l’auquénido national en une «vicuña troyenne», vide à l’intérieur. Cette déconstruction a été suivie par la liquéfaction de scènes de l’histoire du Pérou avec celle de la Grèce, de l’Egypte et de la Chine. Puis, des héros notoires de l’indépendance ont défilé dans sa palette dans un tour de vis transfiguré par l’humour. « Quand le salon était prêt et que j’avais déjà une date pour exposer, j’ai réalisé que ce n’était que le début d’une série que j’ai appelée ‘Peruanismos’. Et que j’allais revenir plusieurs fois sur le sujet car le Pérou est sans fin et sans fin », dit-il.

Des héros connotés de l’indépendance défilaient dans sa palette dans un tour de vis transfiguré par l’humour.

La vérité est qu’après un transit franchement caustique dans lequel il ne s’est pas distingué avec sa tête, il ouvre les portes du tome 4 de ses ‘péruanismes’ avec une série qui a commencé lors de la campagne électorale de 2016 et s’achève maintenant, lorsque l’émission de jadis continue d’imprégner la réalité. Et avec la même série de questions qui tourmentent la masse électorale désorientée : Pourquoi mettons-nous tous nos espoirs, souhaits et souhaits sur le président ? Pourquoi sommes-nous un pays avec des autorités si corrompues ? Pourquoi les citoyens péruviens finissent-ils toujours par être frustrés par la performance présidentielle ? Pourquoi a-t-on l’impression que le président est déconnecté de la réalité et qu’il passe toujours par le toit ? Pourquoi faut-il toujours choisir le « moins mauvais » des candidats à la présidentielle ? Pourquoi ne peut-on pas sortir du sous-développement ? Pourquoi devons-nous nous poser autant de questions ?

Écrou autour

Ainsi, les 35 ouvrages de “Le président, ses ministres, le voleur et son amant”, son opus actuel, tentent d’y répondre. Ou, peut-être, ont un plus grand impact sur la confusion, l’étrangeté et la confusion. « Le président n’est jamais seul. Nous avons les ministres qui l’entourent et le flattent et si l’un d’eux commence à l’éclipser ou à se tromper sur lui, il est aussitôt remplacé par un autre. Ils sont une sorte de paratonnerre. La corruption s’incarne dans “le voleur”, qui est presque toujours confondu avec le premier président et, comme dernier élément de l’équation, j’ai choisi “la maîtresse”, qui est la patrie, qui est aimée, mais qui finit toujours par prendre le virage. J’ai décidé de travailler cette série comme une grande tragi-comédie. J’avais déjà les personnages et il ne s’agissait que d’écrire le scénario. Et c’est ce que la situation a réglé ». Le handicap inattendu est venu avec la pandémie pour configurer une sorte de “tempête parfaite” qui concentre tout le mal qui aurait pu nous arriver. Et ce qui se passe. « Je pense que malgré toutes nos lacunes et nos problèmes, le Péruvien est un grand survivant. Il va toujours de l’avant, s’adapte rapidement aux changements et sait sortir du trou de toutes les manières. C’est notre grande valeur. Je pense que la grande tragédie va dans l’autre sens. Cela a plus à voir avec l’égoïsme, avec l’angoisse et la médiocrité », dit-il, tirant l’huile d’un bouclier national qui fait couler le sang sur six dirigeants, qui se baignent avec ce liquide et dansent sur la même flaque d’eau. “C’est comme toujours”, dit-il.